Infolettre

  • Restez informés et recevez nos dernières offres et actualités.

2417, rue Victoria, Sainte-Julienne
(Québec) J0K 2T0

450 831-3930 courrier@cjemontcalm.qc.ca

Heures d'ouverture
Lundi au jeudi de 8 h à 16 h et le vendredi de 8 h à 13 h.

Accueil / Je suis une Y… et alors!

Je suis une Y… et alors!

Je suis une Y, de cette génération qui a fait couler beaucoup d’encre. Selon certains auteurs, cette génération regroupe les personnes nées entre 1972 et 1992 ou 1980 et 1995 ou encore 1980 et 2000. Selon Stéphane Simard, les travailleurs de cette génération sont des adeptes du multitâche, ils n’aiment pas la routine et ils adorent les défis.

Ma première expérience avec Internet fut en 4e secondaire, à la bibliothèque de mon école. J’ai acheté mon premier ordinateur au cours de mes études collégiales, car les enseignants commençaient à exiger des travaux imprimés. Eh oui, j’écrivais encore à la mine sur de bonnes vieilles feuilles de cartable. Bescherelle était mon meilleur ami et Larousse mon mentor, que voulez-vous, je n’avais pas encore de téléphone intelligent.

Un choc de génération … À 2 ans, ma fille me faisait signe de la main en me disant « donne iPhone ». Quoi!? Et à 5 ans, elle navigue sur YouTube même si elle ne sait pas encore lire et écrire. C’est sans parler de mon bébé qui, avant même de savoir marcher, touchait les écrans du bout de son petit doigt et essayait de glisser les images vers la droite ou vers la gauche.

Bon, c’est sûr qu’on a plusieurs décennies qui nous séparent. Elles font parties de cette nouvelle génération hyper connectée, la génération C ou Z, appelons-la comme on veut. D’ailleurs, si on fouille un peu sur le Net, on retrouve plusieurs appellations et différentes années associées à cette génération.

Mais, quand c’est à ton travail que tu le vis, tous les jours, avec tes collègues, tu te remets en question. Tu remets en question tes façons de faire et de voir les choses. Mais, que voulez-vous, il semblerait que les Y se demandent souvent « Why ».  À la mi-trentaine, est-ce que je suis déjà dépassée? Est-ce normal de me sentir si vieille entourée de ces professionnelles dans la mi-vingtaine? Je dis NON! J’ai des connaissances théoriques que j’ai bonifiées avec mon expérience. Je me remets en question quand c’est nécessaire, je continue de m’instruire, je suis curieuse, je m’adapte aux nouvelles réalités et je ne suis pas naïve.

Le décalage entre générations est un thème vieux comme le monde et c’est toujours d’actualité. Je vis un choc de génération alors que seulement une décennie me sépare de mes collègues qui, soit dit en passant, sont de la même génération que moi. À se demander si on ne devrait pas parler des Y de début et de fin de période.   

Quoi qu’il en soit, je crois qu’il faut s’adapter les uns aux autres, apprendre à s’écouter pour mieux se comprendre et contribuer au développement de l’autre. Je peux apprendre de mes consœurs cadettes, de leur vision des choses et de la vie, de leurs connaissances récentes et de leur énergie. Tout comme je peux leur apporter avec mon expérience, ma détermination ainsi que mes connaissances et techniques éprouvées. Je crois que l’important c’est le respect et l’ouverture d’esprit.

En ce qui concerne les entreprises, elles devront bien sûr s’adapter à ces jeunes comme l’a mentionné Geneviève Rinfret dans son billet « LA GÉNÉRATION Z, CES EXCENTRIQUES! » Elles devront trouver une façon de les attirer et de les retenir. Elles devront mettre en œuvre des idées innovantes, faire preuve de souplesse et penser en termes d’ambiance de travail. Elles devront penser à la cohésion d’équipe et aux relations interpersonnelles.  Les « Vieux » autant que les « Jeunes » devront être considérés. Le nouveau défi, faciliter l’intergénérationnel. 

Pour David Bernard, psychologue du travail, « Il faut savoir qu’à part les références, il n’y a pas de différences fondamentales entre un jeune et un vieux : ils ont les mêmes capacités intellectuelles et peuvent donc parler la même langue pour avancer ensemble ».

Et, heureusement, car comme l’a écrit Mélanie Roosen dans son article intitulé « Est-ce que c’est (vraiment) l’enfer de travailler avec des vieux? », on sera toujours le junior ou le senior de quelqu’un au cours de sa carrière

Cindy
23-07-2019

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée