Infolettre

  • Restez informés et recevez nos dernières offres et actualités.

2417, rue Victoria, Sainte-Julienne
(Québec) J0K 2T0

450 831-3930 1 888 831-3930 courrier@cjemontcalm.qc.ca

Heures d'ouverture
Lundi au vendredi de 8 h 30 à 16 h 30.

Accueil / Mon « Défi détox, 10 jours sans sucre » de Nathalie Tremblay

Mon « Défi détox, 10 jours sans sucre » de Nathalie Tremblay

Au début de janvier, j’ai vu passer sur les réseaux sociaux ce défi qui m’a interpellée. Comme depuis un an je fais davantage d’exercices, que je priorise mon bien-être, je me suis dit : « Pourquoi pas un défi supplémentaire! ». Je sentais que ce serait très pertinent après la période des fêtes et, avouons-le, à cause de mon excès de consommation de sucre.

Les objectifs du défi :

Prendre conscience du tort que le sucre peut me causer, qu’il est partout, et que je suis plus forte que je le crois pour maintenir mon défi.

J’embarque donc dans ce défi auquel participent plus de 17 131 personnes. Fait étonnant, j’en parle à ma fille de 12 ans qui décide de me suivre dans cette aventure. 

Nathalie n’en est pas à sa première présentation de ce défi en ligne. Le guide est bien structuré. On a accès à des documents de préparation et à un groupe de soutien sur Facebook. Au départ, nous avons des objectifs à fixer, un plan alimentaire en exemple, nous recevons une capsule d’accompagnement et d’information  tous les jours et avons accès à un Facebook Live par jour. Tout pour être bien accompagné.

Je fixe donc mes objectifs. Parmi les catégories d’aliments, j’en sélectionne, comme proposé, trois à bannir :

  • Les sucres le matin : Fini les céréales sucrées, les toasts pain blanc, la confiture, le sirop! »
  • Les desserts sucrés : Plus de pouding au chocolat, de biscuits… Bon, je n’en mangeais pas tant que ça mais ça fait tout de même une différence. 
  • Les friandises : Oh là là! C’est la partie la plus difficile. Je suis une accro aux bonbons, aux petits chocolats, au sucre à la crème.

Défi : du 6 au 15 janvier

Jour 1 :
Je suis motivée. Je priorise les bons aliments au déjeuner, diner et souper. Je suis en congé à la maison, il serait facile de dévier de l’objectif. La tentation est présente, j’ai accès à du sucré… mais je résiste sans problème aujourd’hui. Je me suis gardée active et j’ai bu beaucoup d’eau.

Jour2 :
Ça débute bien le matin. Au travail, je suis occupée toute la journée et je ne pense pas au sucre. Ça se complique en soirée. Petit mal de tête qui apparait. Réel goût de sucré présent. Le sucre m’appelle! Nathalie mentionnait que les fringales durent environ 20 minutes. On se change les idées et ça passe. C’est vrai! J’ai donc réussi à résister. C’est fou ce que les fruits goûtent sucrés maintenant!

Jour 3 :
Une bonne journée où je résiste sans problème. Le petit mal de tête est encore présent en fin de journée mais je ne ressens pas le besoin de sucre. J’ai eu une petite pensée quand j’ai croisé le pot de sirop d’érable mais sans plus. Sommeil agité.

Jour 4 : 
Bon, je suis fatiguée ce matin, mal dormie mais je maintien mes objectifs. Tout va bien. Léger goût de sucre en soirée mais ça passe. Ma fille n’a pu résister à l’appel de la crème glacée au chocolat.

Jour 5 :
Ce matin, ma fille reprend ses bonnes habitudes. Pour ma part, un bon déjeuner, c’est la clé. Ça va vraiment de mieux en mieux! Et, je suis fière de moi. Je passe à côté des sucreries sans problème.  Par contre, mon beau-fils et sa copine viennent souper. Comme dessert, il y a de la fondue au chocolat. Je me permets l’équivalent de 2 cuillères à soupe de chocolat sur mes nombreux fruits!

Jour 6 :
Malheureusement, ma fille a définitivement abandonné le défi mais cela l’a tout de même sensibilisé et elle fait légèrement plus attention. Comme c’est mon anniversaire, souper chez mes parents et je me permets une toute petite tranche de gâteau au chocolat.

Jours 7, 8, 9 et 10 :
Je poursuis et termine ce défi avec brio. Je n’ai mangé aucune gâterie sucrée les 4 jours suivants. Ce ne fut pas si difficile et je suis réellement fière de moi.

Résultat :

 Je désire poursuivre sur cette voie. Comme j’arrive à me passer de sucreries, pourquoi ne pas poursuivre. Le truc c’est de me donner le droit à 20 % du temps de me gâter un peu et à 80 % du temps poursuivre mes bonnes habitudes. Je suis capable!

Pour terminer :

 Je vous invite à visiter la page Facebook de Nathalie Tremblay. C’est une femme de cœur et d’expérience. Elle vulgarise l’information, est touchante de vérité et oh! combien motivante!

Peut-être que je vous aurai donné le goût de tenter votre chance lors du prochain défi! 

 Merci Nathalie pour cette superbe expérience qui m’a influencée positivement, et à tout jamais, la manière de m’alimenter. J’ai réalisé que j’avais un réel pouvoir sur ce volet de ma vie. Les hasards n’existent pas. Je devais participer à ce défi! 

Pascale Brabant, 21 janvier 2020

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée